Multiplicateur de focale

X 1.4   X 2   X 3

      Bien choisir son multiplicateur de focale est très souvent un casse-tête. Les compatibilités ne sont pas toujours évidentes, il était temps de faire le point.

Qu'est-ce qu'un multiplicateur de focale ? 

      Il s'agit d'un élément venant se positionner entre le reflex et l'objectif. Il est composé de 2 montures (1 pour la fixation sur le boîtier, 1 autre pour y fixer l'objectif) et d'une optique, comprenant une majorité de lentilles divergentes.

      Son rôle est d'obtenir un cadrage plus serré, en augmentant la focale (x2, x1.4) de l'objectif utilisé (par exemple 200mm x2 = 400mm).

      Les lentilles utilisées pour leur fabrication peuvent être de qualité très variable, en fonction du verre utilisé, et du traitement subit (Multicouches ou non, présence de lentilles asphériques, verre ED à faible distorsion et faible diffraction, etc...). La qualité de l'image obtenue grâce au multiplicateur est donc en partie dépendante de la qualité de ce dernier.

      Attention avant l'achat, pas tous les multiplicateurs comportent des contacts électriques dont le rôle est de transmettre les informations d'exposition, de mise au point (etc..) entre le boîtier et l'objectif monté.

Il en existe 3 types : les doubleurs (x2), les multiplicateurs X1.4 et les tripleurs (x3)

      Les tripleurs  perdent une luminosité est trop importante (trois diaphragmes donc 6 fois moins de lumière !).


  • Le doubleur (x2) multiplie par 2 la focale montée (le 50mm devient un 100mm). L'ouverture focale est fermée de 2 diaphragmes (F1.4 deviendra F2.8), la vitesse d'obturation sera donc 4 fois plus lente (1/1000è de seconde à F1.4 devient 1/250è à F2.8).
  • Le multiplicateur 1.4 allonge moins la focale (le 50mm devient 70mm) mais il ne fait perdre qu'un seul diaphragme, il est donc très intéressant pour des prises de vue en basse lumière, ou avec des optiques moins lumineuses (F2.8 devient F4 et le 1/1000è sera 1/500è).

      Avantages et inconvénients :

  • Il faut garder à l'esprit que lorsque vous montez un multiplicateur, l'ouverture sera fermée de 1 ou 2 diaphragmes de moins, la visée sera donc moins lumineuse.
  • La distance minimum de mise au point de votre objectif reste inchangée, vous pouvez donc réaliser des plans plus serrés sans changer de point de vue.
  • La mise au point sera manuelle avec les télézooms peu lumineux (70-300mm F4/5.6 par exemple).
  • Préferez une bonne, voire très bonne optique, car l'utilisation du multiplicateur abaisse la qualité de vos images (piqué, aberrations chromatiques).
  • Visez un bon multiplicateur (les tout premiers modèles à moins de 100€ sont à oublier); plus il sera performant (qualité des lentilles, de la fabrication, de l'AF) plus vos images seront de haute qualité.
  • Choisissez un multiplicateur de la monture de votre reflex.
  • Optez pour la cohérence : Inutile de casser vos tirelire pour un multiplicateur à 400€ pour un zoom de 15 ans d'âge moyennement performant (si vous souhaitez juste vous amuser, ou vous faire plaisir) un modèle à 150€ sera parfait. Et , si vous êtes équipé de belles optiques haut de gamme, alors choisissez la qualité à l'encombrement. En monture Pentax K et Sony Alpha alors les marques Kenko et Sigma seront de très bons choix pour vos objectifs.
  • Votre optique ouvre à F2.8, un multiplicateur 1.4 sera conseillé, l'ouverture maximale ne glissera qu'à F4.
  • Votre optique est très lumineuse (de F1.2 à F2) alors vous êtes libre de choisir un x2 ou un x1.4 en fonction du type de photos à réaliser.
  • N'utiliser que des focales fixes à grande ouverture (de F1 à F4 maximum) à partir des focales standard 50mm jusqu'aux très longues focales (600mm par exemple) ou des télé-zooms à ouverture constante lumineuse (F2, F2,8, F4 max).
  • Le fabricant Japonais Kenko offre un excellent rapport qualité-prix en monture Pentax et Sony Alpha et une très bonne alternative en Canon EF (sauf EF-S) et Nikon.
  • Les convertisseurs Sigma DG APO EX sont conçus pour les optiques Sigma EX.
  • Les Olympus EC-20 et EC-14 sont assez coûteux, mais ils sont d'une qualité irréprochable et tropicalisés (protection contre l'humidité et la poussière).
  • Les Extender Canon (x1.4 et x2) offrent une formidable vitesse de mise au point, ils sont donc conseillés pour les Canonistes dont les priorités sont la qualité d'image, la vitesse de mise au point, et les conditions difficiles (protégés contre la poussière et l'humidité).
  • ATTENTION:
  • Tous les zooms grand-angle (18-55, 18-200, 18-270, 28-80, 28-105 etc....) sont incompatibles ! Il est tentant de vouloir transformer votre 18-270mm en 36-540mm. Les lentilles risquent de se toucher, donc de s'abîmer, quand bien même le montage serait réalisable.
  • Les télé-zooms à ouverture variable (55-200, 55-300, 70-300 F4,-5,6) C'est une fausse bonne idée ! Le montage est souvent réalisable, par contre la mise au point sera presque irrémédiablement manuelle, et l'utilisation difficile en raison d'un angle de prise de vue très très serré, et d'une visée quasi impraticable (70-300mm F4,5,6 x2 = 140-600mm F9-11). Très souvent les multiplicateurs sont composés d'optiques affleurant la monture, le risque de détérioration de votre objectif et du multiplicateur est très grand.
  • Les focales fixes plus courtes que le 50mm (20mm, 24, 28, 35mm)
  • Les focales fixes peu lumineuses (500mm F8) à moins de poser sur pied, pour des sujets statiques ou des poses très longues.

      Les objectifs conseillés :

  • Les focales fixes à grande ouverture (F1.2 à F4) du 50mm au 600mm, en passant par les 85, 100, 135, 200, 300 etc...
  • Les télézooms à grande ouverture (F2 à F4), par exemple le Canon EF 70-200mm F2.8 IS L USM II.